FAIL (the browser should render some flash content, not this).
Plus de 1 700 000 fumeurs en Tunisie : combien y ont renoncé? centre
Quel bilan peut-on tirer du programme de lutte contre le tabagisme engagé avec vigueur depuis deux ans en Tunisie? Difficile d’aboutir  en si peu de temps à des résultats impressionnants, mais les données enregistrées par le ministère de la Santé publique sont aussi significatives que prometteuses. Sur les 1 700 000
fumeurs estimés, 3.5% ont fini par renoncer au tabagisme et se libérer de cette addiction. Ce taux, satisfaisant par rapport aux standards internationaux, et devant s’améliorer davantage, est le fruit d’une action soutenue, menée à différents niveaux, notamment celui de l’action de sensibilisation, les consultations d'aide au sevrage et à travers les mesures d’interdiction du tabac dans les lieux publics ainsi que le contrôle exercé sur les cafés et restaurants.

En une année (septembre 2009 – septembre 2010), plus de 2000 médecins (santé publique et libre pratique) ont bénéficié d’une formation spécialisée et 275 parmi eux ont pu s’initier particulièrement aux techniques spécifiques aux consultations d'aide au sevrage. Celles-ci ont enregistré l’accueil de 72 000 personnes. Près de 13 000 unités d’aide au sevrage (Nicopatch, Nicopass, Champix…) ont été distribuées.

Quant au contrôle des cafés et restaurants, 36000 visites ont été effectuées, aboutissant à 12 000 avertissements, 228 propositions de fermeture et 639 PV.

Sans relâche, la stratégie est appelée à se renforcer davantage au niveau de la sensibilisation, de l’aide au sevrage, du contrôle et de la réglementation. La loi 17-98 du 23 février 1998 serait soumise à révision pour une mise à jour conforme aux dispositions de la convention internationale initiée par l’OMS et ratifiée par la Tunisie le 9 février 2010, notamment pour ce qui est de l’interdiction de la vente des cigarettes aux mineurs et de la mention « légères » sur les paquets, etc.

Réconforté par cette avancée, le ministre de la Santé Publique, M. Mondher Zenaidi, maintient cependant une forte vigilance, exhortant le comité national de lutte contre le tabac à aller encore plus de l’avant sur cette voie. Œuvre certainement de longue haleine, cette offensive menée avec le concours de différents ministères ainsi que la société civile, mérite l’adhésion plus agissante des familles, des responsables des lieux publics et des gérants de tous les espaces.
www.leaders.com.tn Publié par aymenb le November 27 2010 12:53:31· 0 Commentaires · 1179 lecture(s) · Imprimer
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation postée.
Login
    Utilisateur

    Mot de passe



    Pas encore membre ?
    Cliquez ici pour vous inscrire.

    Mot de passe oublié ?
    Demandez-en un autre en cliquant ici.

Sondage des Membres
Les substances considérées comme drogues dures sont :







Vous devez être connecté(e) pour voter.

Boite de dialogue
Vous devez être connecté pour dialoguer.

20/01/2014 01:06
slt, j'ai mon frère qui fume zattla depuis 5 ans, maintenant il n'est pas en bon état, parfois il parle des choses qui n'existe pas et dernierement il a brulé son carte d'identité et s

03/08/2013 22:45
en fait je suis responsable dans une association qui s'appelle esmaani, et j ai eu un patient dans un hopital qui a besoin de l'aide, il veut vraiment arreter la drogue , il est addict de la s

03/08/2013 22:41
saha chribetkom est ce qu'il y a un membre de l'association en ligne, j ai vraiment besoin de vous

24/03/2013 18:23
salem, jai mon frere qui habite a Gafsa et il a 22ans, modmen (zatla principalement et pilules) yheb ychouf centre comme le votre bech y3anouh ! merci davance de me donner les modalités pour lui f

13/03/2013 13:39
je suis membre dans une association ( ass action civique à msaken) et je veux savoir plus de donnai sur le centre de sfax( contact) vu qu'on est entrain de préparer un programme de 18 mois contre